gameboyoldschool
GAME BOY connue également sous le nom de: ゲームボーイ  
  Page d'accueil
  Historique
  Tests des meilleurs jeux
  Différentes versions
  Accessoires
  Liens amis!!!
  Contact
Page d'accueil

Aujourd’hui c’est à peine si elle pouvait se faufiler dans une poche de pantalon slim. Formes massives, couleurs délavées, le pavé grisâtre qu’on matraquait jadis dans les cours de récré a fait son temps. Console obsolète devenue objet de collection, relique des premiers âges du jeu vidéo en extérieur, la portable de Nintendo fête aujourd’hui ses vingt ans. L’occasion de revenir sur un parcours redoutable d’intelligence et sur celle qui sauva plus d’une fois la mise à son constructeur.


Vingt ans jour pour jour. Le 21 Avril 1989, la Gameboy, ses quatre boutons (A,B, Select et Pause), son processeur 8-Bit et son écran LCD noir et blanc débarquaient sur les côtes nippones. Pour 12 500 yen (73 euros), les consommateurs japonais pouvaient mettre la main sur la console la plus vendue de tous les temps (118, 69 millions de la première Gameboy à la Gameboy Advance ; un score que la DS ne devrait pas tarder à égaler puis dépasser puisque aujourd’hui proche des 100 millions d’exemplaires vendus). Le « line-up » se limite à l’époque à quatre jeux. L’incontournable plombier moustachu Super Mario Land est parmi eux, suivi de très près par la sortie de Tétris, le premier succès sur Gameboy (avant Pokémon en 1996). Trois mois plus tard, c’est aux Etats Unis d’essuyer à leur tour la tempête Gameboy. Le succès ne se dément pas. Éternelle cinquième roue du carrosse, le vieux Continent et la France attendent Novembre 1990 pour connaître les joies de la cartouche en plein air. En chaise longue, dans le bus ou dans le métro, voire devant la télé, c’est selon.


 
 
 
   
Publicité  
   
Aujourd'hui sont déjà 1 visiteurs (6 hits) Ici!
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=